Quand on a décidé de plonger dans DaVinci Resolve 12 Studio pour parfaire nos connaissances en colorimétrie, nous ne nous attendions pas à ressentir un réel plaisir à découvrir de nouvelles possibilités. A chaque étape de notre avancée dans Resolve, nous comprenions que nous avons à faire à une petite révolution dans le domaine de l'étalonnage, du montage et du finishing.



surface control color grading

Blackmagic Design DaVinci Resolve 12 est pour nous une avancée majeure. Avancée par la pelleté de nouveautés mais aussi par le changement de nos habitudes de post production qu'il induit.
Pour être transparent, ici à Compositing.fr et Onickz Artworks, nous montons sur Avid Media Composer, puis nous faisons notre compositing avec (sic) Combustion, oui certes moins depuis quelques années, Fusion, Nuke ou After Effects. Et Smoke, voire Flare, en studios. 

Puis nous étalonnons avec Scratch ou Resolve. Surtout Resolve. La question à laquelle nous pensons toujours avoir répondu au mieux est : Comment passer d'un soft à l'autre, le plus rapidemment et sans perte de qualité de nos images ?
A cette question Resolve 12 nous perd et nous gagne : avec ses possibilités de montage, d'étalonnage et de compositing, on va devoir réviser nos copies avec ce tout en un, dont chaque partie a été plus que bien pensé.

Loin d'être un gadget ajouté à la va vite, la partie Montage de Resolve est parfaitement stable et utilisable.
C'est un outil à part entière, rapide, compatible, qui met presque à la trappe Premiere. Et surtout... gratuit, dans la version DaVinci Resolve. 



Quid des différences entre Resolve Studio et Resolve (anciennement Resolve Lite) ? 
Resolve contient tout Resolve Studio... sauf la gestion du relief S3D (3D stéréoscopique), le 4K-DCI (rappel : 4096x2160, mais vous pouvez faire du UHD (3840x2160) dans Resolve), le Noise Removal accéléré par le GPU, qu'il soit Spatial ou Temporal, le Mastering temps réel depuis la timeline sans rendering, et le mode collaboratif. 
Resolve n'est donc pas un logiciel "light" mais plutôt un logiciel professionnel gratuit avec des options en moins. 
Peut-être pensez-vous que ce sont des fonctionnalités qui ne vous intéressent pas, au premier abord ? Le NR (Noise Removal) vaut à lui seul le prix des $995. La liste comparative de toutes les possibilités de Resolve Studio et Resolve est dispo à cette page : https://www.blackmagicdesign.com/fr/products/davinciresolve/compare


Notre machine "grand public" :

Nous avons testé avec un Xeon Octocore, 24GB de ram, et une petite Geforce GTX680 sur deux écrans (2560x1600 + 1920x1080), sur PC. Tout est parfaitement fluide. Les scopes réagissent au quart de tour et ne nous ralentissent pas en règle générale (parfois avec 4 scopes on sent des ralentissements avec beaucoup de nodes).
Au niveau des images, nous avons testé avec des 2K RAW en DNG issus d'un 5D et le Magiclantern, ainsi que des proxys DNXHD 36 issus de divers tournages de films, et beaucoup de DNXHD 444. Mais aussi des rushes issus d'Iphone et d'anciens MTS.

Pour les projets en HD nous assignons le DNXHD 444 pour les Optimised Media et pour le Cache : en un click, nous conformons à ce format les rushes exotiques pour avoir un workflow temps réel.


Montage dans DaVinci Resolve 12.

DaVinci Resolve 11 et précédents permettaient le montage ... de dépannage. C'est d'ailleurs pour ces retouches de dernier moment que le module de montage a été ajouté à Resolve: afin d'éviter des aller retour coûteux et longs.

Mais dans Resolve 12, c'est un logiciel de montage à part entière, avec option Multicam performant, plusieurs pistes vidéos et audios, et trimming en temps réel :

Le Media management vous permet d'archiver mais surtout de consolider vos rushes vers un disque de sauvegarde ou de travail, afin de continuer le montage sur une autre station. Un vrai consolidate rassurant et performant, qui va jusqu'à garder l'architecture de vos dossiers afin de se sentir vraiment comme au studio même en déplacement.

Le trimming est très pratique et permet de trimmer du multipiste en deux clicks, et le fait en temps réel pendant le playback, comme chaque opération de Resolve d'ailleurs.

Le Multicam fonctionne très bien et permet même de synchro des prises et des pistes via l'analyse automatique des ondes sonores. Pratique quand on n'a pas pu avoir de TC pendant le tournage.

Peux-t-on tout monter avec Resolve  ? Nous avons essayé avec plusieurs formats et résolutions différentes, et tout se passe très bien. Les quelques formats obsolètes peuvent être éventuellement améliorés via un Generate Optimised Media (dans notre cas du DNX 444).

Le son est très bien supporté et permet même des ajustements via des plugins VST (sur Mac et PC, pas sur Linux) pratiques pour mettre un petit Izotope dans la boucle ou faire un pré-master pour un visionnage plus confortable. On pourra même activer le latch pour revoir en temps réel les niveaux de chaque piste.

La table de mixage a été revue et est désormais fonctionnelle.


Étalonnage :

Étalonnage rapide et puissant même sans surface de contrôle : un ALT+A vous donnera un étalonnage automatique qui peut être pratique comme départ ou pour un aperçu des faiblesses de l'image.  

Dans Resolve, vous pourrez très facilement procéder au recadrage, à effectuer des pan ou des tilts en utilisant des pauses clefs bien amorties. Ajouter du blur ou du sharpen est aussi très facile mais l'une de nos fonctionnalités préférées est le Noise Reducer (Resolve Studio seulement) qui justifie presque à lui seul l'achat de la version Studio.

Le Spatial NR lissera l'image comme bon nombre de plugins ou logiciels dédiés, alors que le Temporal NR permettra de réduire le bruit tout en gardant l'image nette et texturée. C'est la fonction que nous préférons ici. Nous avons une licence de Neatimage en version OpenFX que nous utilisions avec la version gratuite de Resolve. Mais passer au Temporal NR est d'un niveau supérieur pour plein de raisons : plus rapide, plus propre, et nous permet d'enlever des artefacts d'aliasing lorsque nous travaillons des images issues d'un Canon 5D Mk II ou III par exemple. Cela nous a permis de travailler des plans que nous pensions être inexploitables pour finalement les utiliser dans divers projets broadcast. A noter aussi, le Motion blur présent qui remplit son rôle comme il se doit.

Le Automatic Shot Matching permet d'étalonner rapidement des plans par rapport à d'autres, ou d'intégrer des keys de façon réaliste.

Si vous possédez une color chart comme la X-Rite Passport par exemple, en filmant votre charte avant votre prise, vous pourrez utiliser la fonction de matching dans Resolve qui étalonnera automatiquement avec des résultats très naturels, qui en font une très bonne base de travail. L'opération de matching se fait en quelques clicks : il suffit de dessiner une grille sur votre color chart à l'écran et de cliquer sur match. Pas difficile et complètement jouissif.

L'étalonnage se fait via des nodes aux multiples entrées: il est donc facile de désactiver temporairement une de vos nodes pour identifier des problèmes ou pour comparer, et d'en ajouter de nouvelles à n'importe quel endroit de votre chaine pour paufiner votre étalonnage.
Une fois un plan traité, vous pouvez exporter sous forme de preset vos nodes afin de reposer les mêmes corrections ultérieurement sur d'autres plans. Ces informations peuvent aussi contenir vos travaux de recadrage, de floutage, de stabilisation etc. Très pratique.

DaVinci Resolve 12 a été pensé pour les utilisateurs d'images RAW avec de nouveaux sliders gérant les Shadows, Medium, Highlight, Sharpness, Color que les utilisateurs de RAW connaissent bien.


Compositing :



Dans Resolve, logiciel d'étalonnage pour rappel, vous pouvez aussi effectuer des opérations simples de compositing. On retrouve les modes de transfert de base (add, screen, multiply and co) et les effets sont empilables dans un compound node en guise de precomp. 

Les plugins OpenFX sont compatibles, et donc les Sapphire, Filmconvert, Neatimage et autres Frischluft seront de la partie pour agrémenter vos productions.

En ce qui concerne la gestion de la couche Alpha, les keyings sont très efficaces, notamment le nouveau 3D Keyer qui fonctionne simplement bien. Le despiller aussi ! 

L'architecture nodale vous sera familière et permettra de vous y retrouver très facilement : en fonction de leur nature, ils disposent de plusieurs entrées et sorties permettant des opérations courantes.

On relèvera aussi les masks trackables notamment via le nouveau planar tracker qui évitera bien des aller-retours avec d'autres softs.


Rendering / Finishing :

Exporter depuis DaVinci Resolve est très facile grâce aux nouveaux presets et permet d'utiliser les formats les plus répandus pour du mastering (Prores sur Mac, DNxHD, DNxHR, DCP via licence EasyDCP) ou même un export Mp4 avec le preset Youtube 1080p qui donne un résultat très très propre, conservant aussi bien le grain original et la colorimétrie, contrairement aux écarts de gamma que peuvent donner des encodeurs comme Media Encoder. A l'heure actuelle sur PC je n'ai pas trouvé d'autre solution aux résultats aussi propres et nous préférons passer par Resolve pour sortir un Mp4 fidèle à nos exigences.

Aussi, un nouveau preset Export To Protools s'avère évidemment très pratique.

A l'aider d'une carte type Decklink, vous pourrez aussi avec la version Studio exporter votre timeline vers un HDCAM-SR.


Travail collaboratif :

Resolve permet de travailler en remote, comme nous l'avons vu avec le Media Manager qui permet de migrer ses rushes et projets pour continuer de travailler ailleurs. Mais Resolve Studio permet aussi qu'un monteur travaille en même temps qu'un étalonneur, quelle que soit la distance. Le projet est ainsi mis à jour et il n'y a pas de perte de temps de transfert et d'aller-retours coûteux. Le montage peut être ensuite soit fini sur Resolve, soit exporté en AAF par exemple, pour un montage sur Avid.


Bonus : 

Nous avons apprécié aussi quelques détails qui font d'un logiciel un logiciel très agréable à utiliser :

- Le drag and drop depuis n'importe quelle fenêtre de votre ordinateur, aussi bien pour les rushes que pour les fichiers audio.

- Pouvoir sortir de Resolve pendant qu'il travaille, par exemple pendant un tracking ou un export, sans que cela stoppe le processus.

- L'aspect temps réel de chaque section du logiciel.

- La possibilité d'utiliser Resolve comme gestionnaire de médias afin de les ranger manuellement, par couleur ou via un Smart Bin.

- L'évolutivité du logiciel via des upgrades matérielles simples. Changer par exemple sa carte graphique permet de redonner facilement un nouveau souffle lorsque vous changez de résolution, ou évoluer vers un nouveau disk SSD, permettra de passer du 2K au 4K sans trop de coût.

Ci-dessous, la vidéo (en anglais) de présentation de DaVinci Resolve 12 par Paul Saccone, Responsable du Marketing chez Blackmagic Design:

Il suffit de la suivre pour avoir envie par moment d'applaudir certaines fonctions à l'instar du public présent ce jour là.

En bref, Blackmagic DaVinci Resolve est un logiciel incontournable car facile d'accès, surpuissant, complet et agréable à utiliser. Et en plus, il est gratuit. Alors qu'attendez-vous ?
Pour télécharger Resolve gratuitement, ou acheter la version Studio, c'est ici : https://www.blackmagicdesign.com/products/davinciresolve